Sortie de crise, le Cnam s’engage !

26 mai 2021

La crise sanitaire n’est pas encore tout à fait derrière nous, mais le plan de relance destiné à soutenir et dynamiser l’économie française, lui, est bel et bien sur les rails. Le Cnam, acteur majeur de la formation professionnelle sur tout le territoire, profite de cette stratégie et participe ainsi à l’effort national nécessaire pour une reprise durable afin notamment de favoriser l’insertion des jeunes dans le monde de l’entreprise, à la bonne place et dans le bon métier.

Le plan de relance exceptionnel de 100 milliards d’euros est déployé par le gouvernement autour de trois volets principaux: l'écologie, la compétitivité et la cohésion. La formation professionnelle est au cœur de ce dispositif pour permettre aux jeunes, en particulier, nettement impactés par la crise, de voir s’éclaircir devant eux un horizon jusque-là parfois incertain voire préoccupant. Au moment où le pays doit se projeter économiquement et structurer son avenir, plusieurs modalités sont déployées pour accompagner ces publics vers la voie de l’insertion ou de la deuxième chance,

1 jeune 1 solution : le bac+1 du Cnam

Dans le même esprit que le plan de relance, le programme spécifique, 1 jeune 1 solution, a pour objectif de répondre aux attentes de nombreux jeunes entre 16 et 25 ans. Il est une opportunité pour des publics «fragiles» ayant connu une situation difficile: décrocheur, échec dans l’année post bac, mauvais choix sur parcours sup, difficulté sociale… Doté d’une enveloppe de 6,7 milliards d’euros, son objectif est également ambitieux : aucun jeune ne doit être laissé sur le carreau. Chacun doit trouver sa voie. Cela est au cœur de l’ADN de notre institution.

Au Cnam, l’une des voies possibles, c’est le bac+1, inscrit dans le plan de relance global. En proposant ce diplôme d'établissement unique en son genre, qui bénéficie de la reconnaissance Formation supérieure de spécialisation du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le Cnam répond à un enjeu majeur: permettre à une partie de la jeunesse de poursuivre des études dans l'enseignement supérieur, quel que soit son bagage académique post-bac de départ. Au sortir de cette première année, l’élève aura le choix: une insertion professionnelle directe ou une poursuite d’études en licence pro, au Cnam et dans d’autres filières en fonction des rectorats. Ce faisant, ce dispositif constitue une réponse concrète pour de nombreux jeunes.

La formation dispensée articule des enseignements théoriques, techniques et méthodologiques et au moins un stage. Elle comprend également la rédaction de travaux d'études personnels ainsi que la rédaction d’un rapport de stage.

VTE et apprentissage

Autre stratégie liée au plan de relance, et à laquelle participe le Conservatoire, le Volontariat territorial en entreprise (VTE). Il s’agit d’une aide de 4000 € dédiée aux PME et ETI, de tout type de secteur, situées en territoires d’industrie et embauchant un premier VTE. Son rôle: accompagner l’entreprise dans ses transitions multiples (digitale, énergétique...) indispensables à sa compétitivité.

Ce dispositif s’adresse à tout jeune de niveau bac +2 et supérieur. Le jeune talent peut réaliser son VTE soit en tant que jeune diplômé (CDD ou CDI), soit en contrat d’alternance. Le Cnam, par la voie de son CFA situé à Saint-Denis, peut dès lors accompagner ces jeunes en leur faisant bénéficier de son expertise reconnue en la matière. Le CFA propose en effet de nombreuses formation éligibles à l’alternance, dont une bonne partie (électrotechnique, informatique, prévention des risques...) ont un écho direct avec le programme VTE.

Et pour le Cnam lui-même ?

Le Cnam a également bénéficié du plan de relance pour des investissements sur ses propres bâtiments (+ de 2 millions et demi d’euros). Ils concernent notamment la rénovation complète d’un aile du site historique de Saint-Martin: isolation de la toiture, accessibilité au rez-de-chaussée et réagencement intérieur pour répondre aux normes du code du travail sur les dimensions des bureaux. Démarrage des travaux en septembre pour une durée d’un an.

De même notre programme Au Cœur des territoires, en partenariat avec Action cœur de ville et Territoires d’Industrie, s’inscrit dans la dynamique du Plan de relance. Son objectif est de rapprocher l’offre de formation auprès de tous et sur tous les territoires en particulier par l’ouverture de nouvelles antennes du Cnam dans les villes médianes.