Licence professionnelle Sciences technologies, santé mention Industries pharmaceutiques, cosmétologiques et de santé : gestion, production et valorisation

Code diplôme/certificat: LP10900A

60 crédits

Niveau d'entrée

  • Niveau III (bac+2)

Niveau de sortie

  • Niveau II (bac+3 bac+4)

Responsable national

Responsable opérationnel

Devenir technicien-expert.

Publics / conditions d'accès

Prérequis :
Formation initiale
- DEUG Sciences de la Matière, Sciences de la Vie et de la Terre ; L2 de Chimie, L2 de Biologie
- DEUST de Biotechnologies
- BTS Chimie, Biologie, Qualité industries alimentaires et pharmaceutiques
- DUT Chimie, Biologie, Mesure physique,
- DPCT Génie Biologique, Génie des Procédés (au travers d'une VAE)
- DETAB Diplôme d'Etat de technicien d'analyses biologiques (au travers d'une VAE)
Un socle scientifique minimum est requis pour cette formation. Par conséquent une évaluation préalable du niveau de chaque candidat (dossier et entretien) permettra de statuer sur les besoins d'une remise à niveau dans un des domaines suivants : chimie, biologie, physique, mathématiques.
Si nécessaire, le candidat se verra proposé une remise à niveau via en particulier, un ou plusieurs modules de "cycle A" de CNAM.
Formation continue.
Opérateurs ou techniciens des industries de santé ou des secteurs industriels ayant en commun des technologies, des référentiels, (cosmétique, nutraceutique, ). Pour ces catégories de salariés, une procédure de demande de VAE sera appliquée, qui consistera à évaluer le plus précisément possible les éléments de compétence qui peuvent être validés et a construire un cursus adapté à chacune des situations individuelles des demandeurs pour aboutir à la validation du diplôme de licence professionnelle. Cette validation se fera après présentations orale des acquis et du cursus prévu par le demandeur, devant une commission composée d'enseignant et de professionnels.
Il est également possible de suivre cette LP par apprentissage.
 

Objectifs

Acquérir les connaissances nécessaires pour se spécialiser dans la production pharmaceutique.

Mentions officielles

Intitulé officiel figurant sur le diplôme : Licence professionnelle Sciences technologies, santé mention Industries pharmaceutiques, cosmétologiques et de santé : gestion, production et valorisation

Inscrit RNCP : Inscrit

Codes NSF : -

Code ROME : -

Stage / missions


STAGE - 560 heures (12 semaines minimum) 14 ECTS (Stage + expérience professionnelle)
L'étudiant effectue lui-même sa recherche du stage, il sera cependant aidé par la liste des entreprises disposées à prendre un stagiaire ainsi que par la mise à disposition d'outils (accès à Internet, à des annuaires professionnels). Les modalités du stage sont fixées par une convention. Le sujet de stage et les étapes de sa réalisation font l'objet d'une concertation entre les différents partenaires. Les tuteurs pédagogiques désignés pour le projet tuteuré assurent également le suivi du stage par des contacts réguliers avec le tuteur en entreprise.Tutorat universitaire : Un enseignant pour quatre étudiants maximum.Tutorat professionnel : les tuteurs sont désignés conjointement par les responsables de la formation et de l'entreprise. L'évaluation par les tuteurs pédagogique et professionnel se fera sur la base d'un mémoire (20 pages hors annexes) et d'une soutenance orale (20 minutes). De plus elle prendra en compte l'appréciation du tuteur en entreprise portée sur la fiche d'évaluation.

Projet / mémoire

PROJET TUTEURÉ - 120 heures (représentant 4 semaines) - 4 ECTS se déroule de préférence dans le secteur professionnel (laboratoire de travaux pratiques, industries pharmaceutiques, laboratoire de développement public ou privé, ); celui-ci apportant ses compétences scientifiques et techniques. Il s'agit pour l'étudiant de développer un sujet défini d'un commun accord avec le corps enseignant et un tuteur désigné. Autant que possible, ces projets seront en cohérence avec les objectifs de stage industriel ou de pratique professionnelle et auront pour vocation de préparer le mieux possible l'étudiant aux situations industrielles et à le rendre le plus opérationnel possible. Ces projets pourront prendre de nombreuses formes comme par exemple :
-un exercice d'optimisation de formulation et de process pour une molécule présentant des caractéristiques physico-chimiques particulières (exercice purement « sur le papier » avec analyse et justification de chaque étape et décision, ou exercice pratique avec réalisation de la forme galénique arrêtée).
-un exercice de réflexion sur les conditions de définition d'un plan directeur de validation.
-un exercice de réflexion sur les conditions techniques et réglementaires de transfert de site d'un produit particulier
-un exercice de participation technique à un projet (Conception réalisation d'une nouvelle unité de fabrication et contrôle de médicaments injectables) d'investissement industriel Intégrant les étapes de Qualification (QC, QI, QO, QP). Validation.
-un exercice de mise en forme ou de développement du procédé de fabrication d'un produit spécifique issu des biotechnologies (anticorps, protéine recombinante, utilisation d'un vecteur viral .) Tous ces projets feront l'objet d'un travail personnel très important de l'étudiant et seront sanctionnés par la rédaction d'un rapport écrit et surtout par une soutenance orale qui sera l'occasion d'un travail d'évaluation et correction des aptitudes à la communication de l'étudiant (utilisation de caméscope et débriefing sur les attitudes et l'optimisation des outils et méthodologies de communication).

Modalités d'évaluation

L'obtention de la licence professionnelle est soumise aux conditions suivantes :
-La licence professionnelle est décernée aux étudiants qui ont obtenu à la fois une moyenne générale égale ou supérieure à 10 / 20 à l'ensemble des unités d'enseignement, y compris le projet tuteuré et le stage, et une moyenne égale ou supérieure à 10 / 20 à l'ensemble constitué du projet tuteuré et du stage.
-La compensation entre éléments constitutifs d'une UE d'une part, et les UE, d'autre part, s'effectue sans note éliminatoire.
-Lorsqu'il n'a pas satisfait au contrôle des connaissances et des aptitudes, l'étudiant peut conserver à sa demande, le bénéfice des UE pour lesquelles il a obtenu une note égale ou supérieure à 8 / 20
-Lorsque la licence professionnelle n'a pas été obtenue, les unités d'enseignement dans lesquelles la moyenne de 10 a été obtenue sont capitalisables. Ces unités d'enseignement font l'objet d' une attestation délivrée par l'établissement. Chaque unité d'enseignement fera l'objet d'un examen terminal mais pourra comporter une part de contrôle continu. Une session de rattrapage sera proposée pour les étudiants n'ayant pas validé leurs UE lors de la première session.
Le Jury
Il est désigné par la présidente de l'Université et le directeur du CNAM . Il comprend au moins ¼ au plus ½ de professionnels. Il est présidé par un enseignant chercheur.
L'évaluation des enseignementsElle portera sur les aspects pédagogiques et organisationnels ainsi que sur l'acquisition des connaissances et leur contrôle et sur les relations humaines. Cette évaluation fera l'objet de questionnaires dont les éléments de réponses seront synthétisés et analysés régulièrement ou en fin de chaque année Universitaire dans un souci d'amélioration continue.

Compétences


La certification professionnelle atteste des compétences et capacités suivantes :
- disposer d'une vision globale d'un procédé de production pharmaceutique (tant vers la RetD que vers la distribution),
- disposer d'une vision très précise de chaque étape de production d'une forme pharmaceutique donnée,
- identifier les points critiques, de connaître les moyens de les mettre sous control et de les maîtriser,
- anticiper sur les risques affectant le produit, le patient, le personnel, l'environnement, la viabilité économique,
- définir, en cas de problème, la causalité en terme de formule, équipement et/ou conduite de procédé,
- analyser une situation de non-conformité, de la décrire, de faire des propositions,
- faire des choix très rapides (arrêt de la production, modification d'un paramètre critique, ...),
- choisir le bon équipement (mélangeur, système de pesée...) pour un résultat optimal,
- conseiller, guider accompagner ses subordonnées ; mais aussi les comprendre et reporter l'information du terrain vers la hiérarchie,
- dialoguer avec l'assurance qualité, les fournisseurs, les inspecteurs, la maintenance, ...,
- préparer un cahier des charges (équipement, MP, prestation, ...),
- mettre en place les tests permettant de maîtriser la qualité d'un procédé
- encadrer des qualifications et validations,
- comprendre et s'adapter aux évolutions technologiques, réglementaires, scientifiques.

Débouchés professionnels

Techniciens et techniciens supérieurs à tous les stades de la vie du médicament, et de la gestion de sa qualité :
- conception, préformulation, formulation, développement
- full development, scale-up, lots cliniques, lots de validation
- fabrication, conditionnement, contrôles, distribution, transferts.
Avec, comme objectif prioritaire les métiers suivants :
- Technicien de production.
- Technicien galéniste.
- Technicien méthodes.
Autres débouchés ou filières métiers possibles : assureur qualité-production, agent de maîtrise, responsable d'UO, auditeur qualité en production, support au flux logistique.

Contact

Pharmacotechnie EPN01
2D1P20 , 292 rue Saint Martin
75003 Paris
Tel :01 40 27 23 92
Secrétariat
Voir les sites

Voir les dates et horaires, les lieux d'enseignement et les modes d'inscription sur les sites internet des centres régionaux qui proposent cette formation

Enseignement non programmé en 2017/2018